Une explosion dans une raffinerie de pétrole illégale au Nigeria tue plus de 100 personnes

Un homme se tient sur les lieux d’une explosion au cours de laquelle plus de 100 personnes ont perdu la vie, sur un site illégal de soutage de pétrole brut dans la forêt d’Abaezi, dans la zone de gouvernement local d’Ohaji-Egbema, dans l’État d’Imo, au Nigeria, le 24 avril 2022. REUTERS/Tife Owolabi

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

  • Le site de soutage était à la frontière des États de Rivers et d’Imo
  • Le raffinage illégal dans le delta du Niger alimenté par la pauvreté
  • L’explosion fait suite à la récente répression du gouverneur de l’État de Rivers

YENAGAO, Nigeria, 24 avril (Reuters) – Des corps carbonisés ont été laissés éparpillés parmi des palmiers, des voitures et des camionnettes brûlés dimanche après une explosion qui a tué plus de 100 personnes dans un dépôt illégal de raffinage de pétrole à la frontière des États nigérians de Rivers et d’Imo.

Des tongs, des sacs et des vêtements appartenant aux personnes décédées jonchaient le sol, qui était noirci par l’huile et la suie tout en émettant encore de la fumée à certains endroits malgré la pluie de la nuit.

“Il y a tellement de gens qui sont morts ici. Je supplie le gouvernement d’examiner cela”, a déclaré Uche Woke, un cycliste commercial, à Reuters sur les lieux de l’explosion samedi soir.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

La Croix-Rouge nigériane était sur les lieux dimanche pour évaluer l’explosion, qui a détruit une partie de la forêt d’Abaezi, qui chevauche la frontière de la zone de gouvernement local d’Ohaji-Egbema de l’État d’Imo avec l’État de Rivers.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a déclaré dans un communiqué qu’il intensifierait la répression contre les raffineries illégales après ce qu’il a qualifié de “catastrophe” et de “catastrophe nationale”.

Le chômage et la pauvreté dans le delta du Niger producteur de pétrole ont rendu le raffinage illégal attrayant, mais avec des conséquences souvent mortelles. Le pétrole brut est extrait d’un réseau de pipelines appartenant à de grandes compagnies pétrolières et raffiné dans des réservoirs de fortune.

Le processus a entraîné des accidents mortels et pollué une région déjà dévastée par des déversements d’hydrocarbures dans les terres agricoles, les criques et les lagunes.

Le Youths and Environmental Advocacy Center a déclaré que plusieurs véhicules qui faisaient la queue pour acheter du carburant illégal avaient été incendiés.

“L’incendie s’est produit sur un site de soutage illégal et a touché plus de 100 personnes”, a déclaré Goodluck Opiah, le commissaire d’État aux ressources pétrolières, à propos de l’accident.

L’emplacement frontalier est une réaction à une récente répression à Rivers contre le raffinage illégal dans le but de réduire l’aggravation de la pollution atmosphérique. Lire la suite

“Au cours des deux derniers mois, il y a eu plusieurs raids et certains agents de sécurité impliqués ont été attaqués”, a déclaré Ledum Mitee, ancien président du Mouvement pour la survie du peuple Ogoni (MOSOP).

Au moins 25 personnes, dont des enfants, ont été tuées dans une explosion et un incendie dans une autre raffinerie illégale de l’État de Rivers en octobre. Lire la suite

En février, les autorités locales ont déclaré qu’elles avaient lancé une campagne de répression contre le raffinage du brut volé, mais avec peu de succès apparent. Lire la suite

Les responsables gouvernementaux estiment que le Nigeria, le plus grand producteur et exportateur de pétrole d’Afrique, perd en moyenne 200 000 barils de pétrole par jour, soit plus de 10 % de la production, à cause de l’exploitation illégale ou du vandalisme des oléoducs.

Cela a obligé les entreprises pétrolières à déclarer régulièrement la force majeure sur les exportations de pétrole et de gaz.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage supplémentaire de Felix Onuah à Abuja et Julia Payne à Lagos, écrit par Julia Payne et MacDonald Dzirutwe, édité par Raissa Kasolowsky, Ros Russell et Alexander Smith

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

.

Leave a Comment