The Boys, ce n’est pas des super-héros, c’est de la télé

Les super-héros de Les garçons regardent constamment la télévision. C’est parce que, comme dans notre monde, ils y participent : en tant que super-équipe égocentrique connue sous le nom de The Seven, ils apparaissent constamment dans des talk-shows, parlent aux journalistes de l’actualité, font la promotion de leur prochain film ou jouent dans un émission de télévision qui leur est propre. Dans la saison 3 de Les garçonsl’une des principales entreprises médiatiques dans lesquelles The Seven sont impliqués est une émission de téléréalité appelée Héros américainun concours de talents où les espoirs de super-héros se disputent une place sur la liste de l’équipe.

Héros américain est incroyablement stupide – les aperçus que nous en voyons le font ressembler à un croisement entre L’Amérique a du talent et Guerrier ninja américain – et n’a notamment rien à voir avec le fait d’être un super-héros. C’est une audition de célébrité, une audition conçue pour un monde où être vu comme un héros vaut mieux que d’être un héros.

Les garçons a été extrêmement préoccupé par les super-héros en tant que produits médiatiques dès le début, agressant immédiatement et constamment le spectateur avec des stars costumées utilisant leur image pour sponsoriser des produits ; la seule utilisation que leurs seigneurs d’entreprise ont de leurs superpuissances semble être pour des opérations off-the-books anéantissant les ennemis politiques à la maison et à l’étranger. Dans sa troisième saison, cependant, ses super-héros égoïstes – à savoir le Homelander presque invulnérable (Antony Starr) – commencent à croire que les apparitions à la télévision sont la véritable superpuissance, bien plus que d’être à l’épreuve des balles.

Photo: Studios Amazon

L’arc de Homelander dans la saison 3 suit directement les retombées de la saison 2, avec le monstrueux surhumain sous contrôle grâce à ses coéquipiers Starlight (Erin Moriarty) et la reine Maeve (Dominique McElligott) le faisant chanter avec des images de lui quittant un avion plein d’innocents pour mourir, et la révélation très publique de sa petite amie/partenaire Stormfront (Aya Cash) en tant que nazi avoué. Cédant à la pression privée et publique, Homelander est maîtrisé, un bon larbin d’entreprise pour ses gestionnaires de la Vought Corporation. Chaque fois qu’il veut sortir de ces limites, il se rappelle que la chérie surhumaine de l’Amérique, Starlight, est le coéquipier qui rapporte le plus d’audience et détient donc le plus de pouvoir.

La saison démarre à un moment de la première lorsque, à la télévision en direct, Homelander décide qu’il en a marre de tout cela. Il se lance dans une diatribe sans vergogne, disant que, malgré les innombrables citations qu’il a faites sur son indiscrétion avec Stormfront, il n’est pas du tout désolé. Ensuite, la chose la plus drôle se produit : ses notes augmentent.

Les garçons a toujours été un spectacle politique sans vergogne, mais c’est à ce moment qu’il établit les parallèles les plus ouverts et les plus évidents avec la politique du monde réel. À partir de ce moment, l’arc de la saison 3 de Homelander fait fortement écho à la carrière politique de Donald Trump, alors que l’antagoniste peu sûr et narcissique teste continuellement les limites de ce qui sera toléré à l’antenne, et est continuellement ravi de constater que personne ne repousse jamais. Si l’horreur que ces hommes infligent à ceux qui les entourent découle d’une soif profonde et constante de validation, alors ils l’ont trouvée, Les garçons fait valoir (comme l’ont fait les critiques des médias couvrant l’ancien président), dans le dieu volage mais adorateur des cotes d’écoute, qui, en l’absence de toute garantie, vibrera toujours à de nouveaux creux.

The Deep parle à un présentateur de nouvelles de son livre sur les nouvelles du câble dans la saison 3 de The Boys.

Photo: Studios Amazon

Cela se répand alors dans Héros américain, que Homelander utilise finalement à ses propres fins : en plus de sélectionner un gagnant parmi les candidats (ce gagnant étant déjà filtré par les relations publiques, car un héros musulman est exclu), Homelander utilise l’émission pour réintégrer son ancien coéquipier The Deep (Chace Crawford) de retour dans l’équipe après avoir été exilé dans la saison 1 pour son agression sexuelle de Starlight. Ceci, bien sûr, fait suite à toute une tournée de rédemption dans laquelle The Deep s’est lancé, avec un livre et un film original à vie sur son voyage, une réhabilitation minutieuse et calculée dirigée par sa femme, Cassandra (Katy Breier), qui s’intéresse finalement à devenir elle-même une puissante actrice médiatique.

Alors que la saison 3 de Les garçons est toujours la satire violente qu’il a toujours été, il est remarquable de voir à quel point il s’occupe aussi de faire de la télévision. Il y a de l’ironie à cela – la saison commence par une première de film – mais parmi les convictions fondamentales de cette saison se trouve l’idée, vitale pour les idéologues de droite qu’elle satire, que le véritable pouvoir réside dans la capacité de façonner la réalité indépendamment des faits. Et quoi de mieux pour affirmer une nouvelle réalité que de la répéter à la télévision, encore et encore ?

En cela, un thème de fond du spectacle passe au premier plan, en tant qu’idoles surhumaines – on nous rappelle à plusieurs reprises que les gens continuent aimer Homelander and the Seven, de peur que nous ne pensions que trop de gens partagent les points de vue de nos protagonistes de la chasse aux héros dirigés par Billy Butcher (Karl Urban) – font moins qu’avant, mais prennent grand soin de façonner leurs récits publics.

Billy Butcher se tient dans l'épave d'une maison, prêt à gronder dans la saison 3 de The Boys.

Photo: Studios Amazon

Les bandes dessinées de super-héros sont souvent appelées folklore moderne, une forme d’art du XXe siècle qui se rapproche le plus de la mythologie de nos ancêtres. Cette idée, bien que séduisante, ne résiste pas à un véritable examen minutieux. Les super-héros sont — dans le monde réel comme dans Les garçons – des produits soigneusement sauvegardés et monétisés par des entreprises, créés par des écrivains et des artistes exploités pour des profits phénoménaux. Cette perception publique des super-héros – en tant que symboles puissants pour lesquels s’enraciner, dans lesquels se refléter, pour chroniquer volontairement des univers fictifs entiers pour – l’emporte-t-elle sur le fait qu’ils sont simplement entretenus dans l’intérêt de renforcer perpétuellement les bénéfices des entreprises ?

Putain non, dit Les garçonsune émission diffusée sur Amazon Prime, où vous pouvez également diffuser un spin-off animé appelé Les garçons : diaboliques, et un jour bientôt, une autre retombée sur les super-héros plus jeunes d’âge universitaire dans ce monde. Peut-être qu’ils feront une émission de télé-réalité ensuite.

Leave a Comment