“Stranger Things” n’arrêterait pas de courir sur cette colline

Photo : Avec l’aimable autorisation de Netflix

Oui, cet article est rempli de Choses étranges spoilers. Considérez-vous averti.

L’un des moments les plus émouvants de la première partie de Choses étranges 4 était le déploiement de “Running Up That Hill (A Deal With God)” de Kate Bush comme la chanson qui a finalement sauvé la vie de Max. Non seulement le morceau a été utilisé puissamment dans la scène où Max échappe aux mains folles de Vecna, mais il a fait de la chanson l’un des dix meilleurs succès pour la première fois près de 40 ans après sa sortie originale. Rendre Kate Bush populaire est peut-être le plus grand service public que cette gigantesque saga Netflix ait jamais rendu.

Il n’est donc pas surprenant que la chanson réapparaisse dans Vol. 2, qui ajoute deux derniers épisodes de grande taille – ou, si vous préférez, inutilement longs – à la quatrième saison tentaculaire. Max, de loin le plus grand fan de Kate Bush à Hawkins, Indiana, l’écoute via ses écouteurs Walkman lors d’une interaction clé avec Lucas. Nous entendons des versions instrumentales du classique de la nouvelle vague qui sont clairement destinées à transmettre les enjeux émotionnels alors que les personnages tentent d’éliminer Vecna ​​pour de bon. D’une part, c’est formidable d’entendre ce morceau de musique de mauvaise humeur attirer autant d’attention. D’autre part, son utilisation répétée est emblématique de ce qui est devenu si frustrant Choses étranges lors de sa quatrième saison : sa redondance.

Cette avant-dernière saison de Choses étranges – la saison cinq sera la dernière – se prépare à construire vers certains moments: le sauvetage d’Eleven du laboratoire du Dr Brenner, l’évasion de Hopper de Russie et une tentative d’étouffer Vecna ​​/ One et de sauver la ville de Hawkins. Parce que les durées d’exécution des épisodes ont essentiellement été injectées de stéroïdes, beaucoup de temps doit être rempli jusqu’à ce que ces objectifs ultimes puissent être atteints ou non. Le sentiment que l’eau est foulée, puis rechapée, devient particulièrement aigu dans les deux derniers épisodes, qui durent respectivement 85 et 150 minutes.

Regarder ces épisodes, c’est comme regarder un énorme ensemble Lego fini et reconnaître comment chaque brique en plastique s’est cassée dans une autre brique en plastique. La finale gonflée, en particulier, bascule constamment entre l’action liée à l’intrigue et les conversations sincères dans lesquelles deux personnages discutent de leurs sentiments l’un pour l’autre. Voir: la conversation entre Steve et Nancy sur leur avenir potentiel, la conversation entre Hopper et Joyce sur leur romance, la conversation entre Jonathan et Will sur leur relation en tant que frères, ou la conversation entre Jonathan et Nancy sur la question de savoir s’ils sont toujours un couple . Quand tout le monde ne bavarde pas sur leurs relations, ils se retrouvent dans des situations qui leur semblent définitivement familières. Une fois de plus, plusieurs personnages sont pris au piège dans les vignes grondantes de l’Upside Down. Une fois de plus, Eleven doit se rendre dans un réservoir de privation sensorielle de fortune pour invoquer ses pouvoirs. Une fois de plus, une chanson des années 80 est interprétée pour faire avancer l’effort de lutte contre le mal. (Cette saison, c’est “Master of Puppets” de Metallica au lieu de “The Never-Ending Story” de Limahl, mais à bien des égards, la saison quatre est sa propre histoire sans fin.) Trop de fois, vous regardez et allez , « J’ai déjà vu ça. Ouais, vu ça aussi.

Même le dialogue fait un clin d’œil à cette redondance. “Je jure que nous avons déjà vu cet arbre”, dit Robin pendant qu’elle, Steve et Nancy parcourent les bois dans Upside Down. C’est parce que vous, ainsi que ceux d’entre nous qui regardons, avez probablement déjà vu cet arbre, Robin !

« Nous nous sommes éclatés. Nous pouvons rentrer par effraction », explique Hopper, expliquant pourquoi il est nécessaire de retourner dans la prison russe granuleuse dont il vient littéralement de passer plusieurs épisodes à s’échapper. À la fin de la saison, après un investissement de 12 heures, nous revenons à notre point de départ : avec Vecna ​​toujours en vie et Will Bowers ressentant d’étranges picotements à l’arrière du cou. “Running Up That Hill” semble soudainement être un thème encore plus approprié pour une saison qui donnait de plus en plus l’impression d’essayer d’atteindre un sommet et de ne jamais s’en approcher.

Je peux reconnaître l’ironie d’accuser Choses étranges de se répéter, puisque la prémisse du spectacle est enracinée dans la copie de la culture pop des années 1980, lorsque le spectacle a lieu. Avant que nous ayons jamais regardé Choses étrangeson avait déjà vu Choses étrangesen un sens, en absorbant le divertissement grand public de cette décennie – des romans de Stephen King aux films comme Esprit frappeur, Cauchemar sur Elm Street, ET, et Soutenez-moi. Ce qui a fait Choses étranges le plaisir de ses deux premières saisons était qu’il prenait des éléments de ces quantités connues et les remixait pour créer quelque chose qui semblait nouveau mais était parsemé de rappels du passé.

À la fin de la saison quatre, cependant, la série rejoue trop souvent ses propres plus grands succès. Si je pouvais passer un accord avec Dieu, ou du moins avec les frères Duffer, je demanderais que Choses étranges adopter une approche plus rationalisée dans sa dernière ligne droite. Faites des épisodes qui ne durent que 40 minutes. Racontez des histoires qui ont de véritables arcs au lieu d’unités qui glissent ensemble comme les pièces en panneaux de particules d’une commode Ikea. Et lorsqu’une chanson comme “Running Up That Hill” est déployée si efficacement dans une séquence charnière, ramenez-la avec parcimonie afin que la puissance de cette utilisation initiale ne soit pas diluée. Pour reprendre les mots du sage Robin Buckley : Montrez-nous des arbres que nous n’avons jamais vus auparavant. Amenez-nous au sommet de la colline proverbiale au lieu de nous laisser tourner en rond.

Leave a Comment