“Seul Dieu peut aider”: des centaines de personnes meurent alors que la Somalie fait face à la famine

MOGADISCIO, Somalie (AP) – Aucune mère ne devrait avoir à perdre son enfant. Owliyo Hassan Salaad en a vu quatre mourir cette année. Une sécheresse dans la Corne de l’Afrique les a emportés un à un.

Maintenant, elle berce son enfant frêle et hurlant de 3 ans, Ali Osman, qu’elle a porté sur une marche de 90 kilomètres (55 miles) de son village à la capitale somalienne, désespérée de ne pas le perdre aussi. Assise sur le sol d’un centre de traitement de la malnutrition rempli de mères anxieuses, elle peut à peine parler des petits corps enterrés chez elle dans un sol trop sec pour être planté.

Les décès ont commencé dans la sécheresse la plus aride de la région depuis quatre décennies. Des données précédemment non déclarées partagées avec l’Associated Press montrent au moins 448 décès cette année dans les centres de traitement de la malnutrition rien qu’en Somalie. Les autorités somaliennes, éthiopiennes et kenyanes se tournent maintenant vers la sombre tâche d’essayer de prévenir la famine.

Beaucoup plus de personnes meurent sans que les autorités ne s’en aperçoivent, comme les quatre enfants de Salaad, tous âgés de moins de 10 ans. Certains meurent dans des communautés pastorales éloignées. Certains meurent lors de randonnées à la recherche d’aide. Certains meurent même après avoir atteint les camps de déplacés, souffrant de malnutrition au-delà de l’aide.

“Certainement des milliers” sont morts, a déclaré mardi aux journalistes le coordinateur humanitaire de l’ONU pour la Somalie, Adam Abdelmoula, bien que les données à l’appui restent à venir.

Salaad a laissé quatre autres enfants avec son mari. Ils étaient trop faibles pour faire le voyage jusqu’à Mogadiscio, a-t-elle dit.

La sécheresse va et vient dans la Corne de l’Afrique, mais celle-ci n’est pas comme les autres. L’aide humanitaire a été sapée par des crises mondiales comme la pandémie de COVID-19 et maintenant la guerre de la Russie en Ukraine. Prix ​​des produits de base comme le blé et l’huile de cuisson augmentent rapidement, à certains endroits de plus de 100 %. Des millions de têtes de bétail qui fournissent aux familles du lait, de la viande et de la richesse sont mortes. Même la nourriture thérapeutique pour soigner les personnes affamées comme le fils de Salaad devient de plus en plus chère et, dans certains endroits, pourrait s’épuiser.

Et pour la première fois, une cinquième saison des pluies consécutive pourrait échouer.

Une “explosion de décès d’enfants” arrive dans la Corne de l’Afrique si le monde se concentre uniquement sur la guerre en Ukraine et n’agit pas maintenant, a déclaré l’UNICEF mardi.

Vignette de la vidéo Youtube

La famine menace même la capitale somalienne alors que les camps de déplacés à la périphérie de Mogadiscio se remplissent de nouveaux arrivants épuisés. Salaad et son fils ont été refoulés d’un hôpital bondé après leur arrivée il y a une semaine.

Au lieu de cela, ils ont été envoyés au centre de traitement pour les personnes souffrant de malnutrition extrême où les chambres sont pleines, des lits supplémentaires ont été installés et pourtant certaines personnes doivent dormir à même le sol. Les mères grimacent et les bébés gémissent, alors que de minuscules corps avec des plaies et des côtes saillantes sont délicatement examinés pour détecter des signes de rétablissement.

« Le centre est débordé », a déclaré le Dr Mustaf Yusuf, médecin sur place. Les admissions ont plus que doublé en mai pour atteindre 122 patients.

Au moins 30 personnes sont mortes cette année jusqu’en avril dans le centre et dans six autres installations gérées par Action contre la faim, a indiqué le groupe humanitaire. Il connaît les taux d’admission les plus élevés dans ses centres de traitement de la faim depuis qu’il a commencé à travailler en Somalie en 1992, le nombre d’enfants souffrant de malnutrition sévère ayant augmenté de 55 % par rapport à l’année dernière.

Plus largement, au moins 448 personnes sont décédées cette année dans des centres de traitement de la malnutrition ambulatoires et hospitaliers à travers la Somalie jusqu’en avril, selon les données compilées par des groupes humanitaires et les autorités locales.

Les travailleurs humanitaires préviennent que les données sont incomplètes et que le bilan global des décès dus à la sécheresse reste insaisissable.

« Nous savons par expérience que la mortalité augmente soudainement lorsque toutes les conditions sont réunies – déplacement, épidémies, malnutrition – tout ce que nous voyons actuellement en Somalie », a déclaré Biram Ndiaye, chef de la nutrition à l’UNICEF en Somalie.

Des enquêtes sur la mortalité menées dans certaines parties de la Somalie en décembre, puis en avril et mai par l’Unité d’analyse de la sécurité alimentaire et de la nutrition des Nations Unies ont montré une “détérioration grave et rapide dans un laps de temps très court”. Le plus alarmant a été la région de Bay dans le sud, où la mortalité adulte a presque triplé, la mortalité infantile a plus que doublé et le taux de malnutrition la plus sévère a triplé.

Les décès et la malnutrition aiguë ont atteint des « niveaux anormalement élevés » dans une grande partie du sud et du centre de la Somalie, et les admissions d’enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition aiguë ont augmenté de plus de 40 % par rapport à la même période l’année dernière, selon le Famine Early Warning Systems Network.

Une complication notable dans le comptage des décès est le groupe extrémiste al-Shabab, dont le contrôle sur de grandes parties du sud et du centre de la Somalie est un obstacle à l’aide. Sa réponse brutale à la famine provoquée par la sécheresse en Somalie de 2010 à 2012 a été à l’origine de plus d’un quart de million de morts, dont la moitié d’enfants.

Un autre facteur a été la lenteur de la réaction de la communauté internationale. “Un drame sans témoins”, avait alors déclaré le coordinateur humanitaire de l’ONU pour la Somalie.

Maintenant, les alarmes sonnent à nouveau.

Plus de 200 000 personnes en Somalie sont confrontées à “une faim et une famine catastrophiques, une augmentation drastique par rapport aux 81 000 prévus en avril”, a déclaré lundi un communiqué conjoint des agences de l’ONU, notant qu’un plan de réponse humanitaire pour cette année n’est financé qu’à 18%.

La Somalie n’est pas seule. Dans les régions éthiopiennes touchées par la sécheresse, le nombre d’enfants traités pour la malnutrition la plus sévère — « une pointe de la crise » — a bondi de 27 % au premier trimestre de cette année par rapport à l’année dernière, selon l’UNICEF. L’augmentation était de 71% au Kenya, où Médecins sans frontières a signalé au moins 11 décès dans le programme de traitement de la malnutrition d’un seul comté au début de cette année.

Dans l’un des camps de déplacés débordés à la périphérie de Mogadiscio, les nouveaux arrivants étaient angoissés en décrivant la mort de membres de leur famille.

« J’ai laissé certains de mes enfants derrière moi pour s’occuper de ceux qui souffrent », a déclaré Amina Abdi Hassan, qui est venue d’un village du sud de la Somalie avec son bébé souffrant de malnutrition. Ils ont encore faim alors que l’aide s’épuise, même dans la capitale.

“Beaucoup d’autres sont en route”, a-t-elle dit.

Hawa Abdi Osman a déclaré qu’elle avait perdu des enfants à cause de la sécheresse. Amaigrie et affaiblie par une autre grossesse, elle a marché cinq jours jusqu’à Mogadiscio.

“Nous avons dû laisser certains de nos proches derrière nous, et d’autres ont péri sous nos yeux”, a déclaré sa cousine, Halima Ali Dhubow.

Chaque jour, de plus en plus de personnes viennent au camp, utilisant les dernières lueurs d’énergie pour installer des abris de fortune dans la poussière, attachant des branches avec du tissu et du plastique. Certains ont marché jusqu’à 19 jours pour atteindre la capitale, selon le Conseil norvégien pour les réfugiés.

“La nuit dernière seulement, 120 familles sont venues”, a déclaré la responsable du camp, Nadifa Hussein. « Nous leur donnons toutes les petites fournitures que nous avons, comme du pain. Le nombre de personnes est si écrasant que les aider est au-delà de nos capacités. Dans le passé, les agences d’aide aidaient, mais maintenant l’aide est très rare.

“Seul Dieu peut les aider”, a-t-elle déclaré.

___

Cara Anna a rapporté de Nairobi, au Kenya. Edith M. Lederer des Nations Unies a contribué à ce rapport.

.

Leave a Comment