Récapitulatif de l’épisode 4 de Mme Marvel: “Voir rouge”

Mme Marvel

Voir rouge

Saison 1

Épisode 4

Note de l’éditeur

4 étoiles

Photo: Studios Marvel

Toutes les scènes de “Seeing Red” sauf trois se déroulent à Karachi. L’un s’ouvre dans les airs juste avant que Kamala Khan n’atterrisse au Pakistan pour la première fois. Un autre se déroule sur un site noir classé du Département du contrôle des dommages (DODC) pour réintroduire les antagonistes de l’émission. Un troisième se déroule quelque part en Inde en 1947 – une vision ou peut-être quelque chose de plus – se terminant cette semaine sur un suspense à la fois audacieux et chargé d’émotion. En cours de route, Kamala commence à se retrouver non seulement à travers la découverte de sa tradition remixée, mais à travers un voyage dans une patrie qu’elle ne connaît pas et à travers des expériences calmes et intimes qui lui donnent l’impression qu’elle peut éventuellement se tailler une place pour elle-même comme une adolescente déchirée entre les mondes.

L’épisode a beaucoup d’éclat et une séquence de poursuite rapide et claustrophobe pour démarrer, mais une grande partie de son temps de fonctionnement est consacrée à suivre Kamala à travers Karachi alors qu’elle rattrape sa famille et découvre des parties de la ville (et son histoire) par elle-même. Il est donc logique de passer les rênes à la réalisatrice d’origine pakistanaise Sharmeen Obaid-Chinoy, dont les films documentaires (dont l’exploration de la fusion jazz-classique Chanson de Lahore) battu par l’expérience vécue et dont le travail animé, comme le court métrage Netflix émouvant Sitara : Laissez les filles rêver, mélange la sombre réalité avec une magnifique fantaisie. La décision porte ses fruits au moment où Kamala sort de l’aéroport international de Jinnah; elle peut être une étrangère, mais le décor lui est plus familier qu’étranger ou exotique. Son rendez-vous initial est capturé avec la verve de l’introduction de la série à Little India à Jersey City, avec le même accent sur la couleur, le tissu et les délices de la rue – sans parler de la même utilisation de la lumière parasite pour dénoter la chaleur (avec l’aimable autorisation du directeur de la photographie Jules O’Loughlin) – n’a augmenté que d’un cran. Mis à part quelques vues aériennes de l’architecture de Karachi, Bangkok représente la métropole pakistanaise, mais le détail de la conception de la production de Christopher Glass pique le lieu avec nostalgie.

Ce qui fait que l’épisode fonctionne plus que toute autre chose, ce sont ses personnages. Muneeba obtient un temps d’arrêt bien mérité avec sa mère, mettant en lumière leur dynamique (et son amour d’enfance pour le caramel). Les cousins ​​de Kamala, le gâté Zainab (Vardah Aziz) et l’impertinent Owais (Asfandyar Khan), ne s’investissent pas tant en elle qu’ils ne le font pour lui faire visiter les lieux. Il y a un soupçon d’inimitié de la part d’Owais en tant qu’adolescent sous-continental moderne forcé de faire face à l’ignorance “ABCD” (Desi confus d’origine américaine), mais le vrai coup dans le bras est celui de Kamala. nani, ou la grand-mère maternelle, Sana, qui affiche une désinvolture choquante quant à ses origines surhumaines. “Je ne vois pas de quoi il s’agit”, dit Sana (Samina Ahmad) avec un ton amusant et dédaigneux. “C’est juste de la génétique.” Alors que l’épisode fournit de nombreuses réponses rapides, la nonchalance de Sana à propos de ces questions crée de la place, textuellement et métatextuellement (“Vous vous concentrez sur la mauvaise chose”, dit-elle à Kamala et au public), pour ce qui est le plus important. L’histoire du bracelet de Kamala est sur le but. Il a sauvé la vie de Sana alors qu’il était bébé, lors de la partition sanglante de l’Inde et du Pakistan, et il offre désormais à Kamala un nouveau chemin dans la vie par sa présence même en tant qu’objet chargé d’histoire et en tant que point d’intrigue qui oblige Kamala à regarder de plus près. d’où venait sa famille.

Lorsque Kamala se sépare de ses cousins, elle enfile son masque domino et inspecte les coins bouclés de la gare locale. Une restauration historique se trouve derrière une barrière – une sorte de frontière, thématiquement en phase avec le reste de l’épisode – et pendant un moment, elle semble entrer dans un domaine différent. Pas littéralement, bien sûr, mais le ton et l’esthétique de l’épisode se déforment autour d’elle en ce bref instant; les pistes pop mur à mur de la bande originale s’estompent finalement et sont remplacées par une partition inquiétante. La caméra s’incline sur son axe alors que Kamala s’approche de ce qui pourrait peut-être être une réponse à son passé. Les débris au sol, probablement aussi modestes que la construction, évoquent des images de chaos et de désarroi, le genre qu’elle associe aux histoires de partition de sa famille. Cependant, avant de découvrir quelle histoire est préservée dans ces recoins cachés, elle se retrouve face à face avec le favori des bandes dessinées Kareem (Aramis Knight), un poignard rouge. Une bagarre s’ensuit, mais c’est plutôt un tête-à-tête; Knight et Iman Vellani ont une chimie immédiate et palpable. Tout ce que nous voyons de Kareem, derrière son écharpe de bandit rouge, ce sont ses yeux et les mèches de cheveux lâches tombant sur son visage. C’est un charmant mystère rendu d’autant plus séduisant qu’il semble familier avec la famille de Kamala et avec la Noor (ses pouvoirs “clandestins”).

Il s’avère que Kareem est un allié à plus d’un titre. Dans les comics, son titre Red Dagger (Laal Khanjeer) est le sien, mais le spectacle développe le concept, introduisant une ligue de héros de longue date protégeant les rues de Karachi – un aperçu d’un monde plus large de super-héroïsme et un changement rafraîchissant par rapport au centrage occidental de Marvel. En plus d’être un autre super-héros, Kareem s’avère être un ami lors de sa brève apparition, invitant Kamala à une soirée amusante autour d’un feu de joie avec ses copains. Ils grattent, chantent et mangent des biryani dans des sacs en plastique. Avec les lumières de la ville au flou au loin, capturant Vellani sous la forme d’un portrait doux, Kamala sourit en prenant une bouchée non seulement parce qu’elle aime le goût mais parce qu’elle semble comprendre, à un certain niveau, l’importance de la nourriture comme rituel et culture. Cela lui offre un sentiment d’appartenance avant que les choses ne basculent à nouveau.

Le leader des Red Daggers s’appelle Waleed, et il est joué par la superstar et réalisateur de Bollywood Farhan Akhtar; si vous connaissez son travail, sa présence dans l’un de ces spectacles est carrément surréaliste même s’il sert principalement à des fins d’exposition. Les clandestins, apprend-on, occupent une dimension invisible qui partage l’espace avec la nôtre, et l’utilisation du bracelet pour accéder à ce royaume pourrait causer des ravages involontaires. Alors que les enjeux devaient devenir menaçants pour le monde tôt ou tard, leur cadrage se démarque dans le paysage Marvel. D’une part, les Clandestins veulent juste rentrer chez eux (ils sont encore plus sympathiques quand nous les voyons ensuite dans les chaînes du gouvernement américain ; ils s’échappent, mais ils laissent derrière eux le pauvre Kamran), donc détruire le monde n’est pas exactement leur priorité. . D’autre part, cette explication est accompagnée d’un graphique flottant qui représente notre monde et celui des Clandestins côte à côte, séparés par une bordure.

C’est l’histoire de Kamala sur plusieurs fronts. Elle est une descendante d’êtres surnaturels d’un autre univers, mais elle vit dans celui-ci. Sa grand-mère était l’une des millions de réfugiés indiens qui ont fait le périlleux voyage au Pakistan. Sa mère, née et élevée en Asie du Sud, vit maintenant aux États-Unis. L’une de ces histoires est fictive, mais deux d’entre elles sont réelles, et toutes trois informent le personnage de Kamala de manière interconnectée en tant que jeune fille à la recherche de sa place dans le monde. De retour à Jersey, elle est persécutée pour sa foi et son apparence, que le DODC peut discerner même lorsqu’elle porte un masque. Elle en sait tellement sur la culture indienne et pakistanaise, mais elle a tout appris de loin, et elle est enregistrée comme touriste par les commerçants locaux qui savent immédiatement la recharger. (1 500 roupies pour une photo ? Allez !) Elle est une étrangère, peu importe où elle va, ce qui rend un détail particulier de ses pouvoirs particulièrement significatif. Comme l’explique Waleed, la raison pour laquelle elle peut transformer la lumière en constructions physiques est qu’elle est connectée à la fois à l’énergie du monde des clandestins et à la matière qui est la nôtre. Être de deux mondes est sa superpuissance. L’expression de Vellani lorsque Kamala apprend cette information pour la première fois est un pur délice : c’est comme si elle avait trouvé une partie manquante d’elle-même.

Changer l’origine inhumaine de Kamala à partir des bandes dessinées a peut-être irrité certains téléspectateurs, mais cette refonte culturellement spécifique imprègne le spectacle d’une richesse thématique. Les spécificités de ses pouvoirs peuvent être enracinées dans la fantaisie, mais plutôt que le spectacle laisse ses métaphores remplacer complètement les idées du monde réel, il les lie immédiatement à quelque chose de tangible. Cette découverte de l’origine de Kamala s’accompagne du fait que Waleed lui offre une tunique bleue, la rapprochant un peu plus de son apparence “complète” de bande dessinée. Jusqu’ici, son costume est composé de ce tissu pakistanais, à l’histoire propre, et du masque domino typique des personnages de justiciers américains (fabriqué à la main par son meilleur ami, Bruno). C’est une petite étape dans son parcours, mais elle tisse ensemble deux parties culturelles d’elle-même qui se sentent souvent inconciliables.

Cependant, la série ne semble pas vouloir rendre les choses trop faciles pour notre héros. Après qu’elle et Kareem se soient échappés d’une poursuite clandestine dans les coins rapprochés, et après que Waleed se soit sacrifié (bon à Akhtar pour avoir encaissé ce chèque de paie Marvel et rebondi), Najma l’attaque et déclenche quelque chose dans le bracelet. La prochaine chose que Kamala sait, c’est qu’elle se trouve dans une gare de triage quelque part en Inde – vraisemblablement à Bombay, si la série suit l’histoire de sa famille à partir des bandes dessinées – et elle reconnaît immédiatement le décor. Amis et parents se disent adieu, peut-être pour de bon. D’autres se précipitent pour monter à bord du dernier train au-dessus de la nouvelle frontière indo-pakistanaise. Ses yeux bien levés. Elle sait que la dévastation est sur le point de se produire et s’est déjà produite, mais jusqu’à présent, elle ne l’a connue que de loin sous la forme de chuchotements étouffés et de secrets de famille à moitié révélés.

Est-ce une autre vision ? Ou une forme de voyage dans le temps, peut-être ? Quoi qu’il en soit, alors que la caméra se retire pour révéler l’ampleur de cette inhumanité, les derniers instants de l’épisode promettent le genre de défi que Kamala n’a pas encore eu à endurer. Ses frontières sont principalement internes. Ils sont enracinés dans l’histoire de la partition, oui, mais elle n’a pas marché en elle naani‘s chaussures ; elle peut avoir l’impression qu’elle « casse plus que je ne peux réparer », mais comme le dit Sana, elle n’a pas « vécu comme moi, perdu ce que j’ai » avant d’apprendre à trouver la beauté dans les morceaux brisés. Kamala n’a pas compris, de première main, ce que cela signifie vraiment d’être déchiré. Et peut-être que ce qu’elle est sur le point d’assister ou d’endurer rendra d’autant plus difficile l’assemblage des moitiés disparates d’elle-même, si le prochain épisode joue bien ses cartes.

• Comme c’est agréable de voir le spectacle s’ouvrir avec du texte en ourdou à l’écran pour son segment “Previously On” et se terminer avec des images de Karachi où il présente habituellement Jersey City.

• Les passagers sud-asiatiques qui se lèvent pour attraper leurs bagages avant même que l’avion ait atterri sont un détail satirique tellement hilarant.

• La fresque d’Ant-Man dans les gares nous dit deux choses : que Scott Lang est le Vengeur le plus populaire au monde et que Mme Marvel L’artiste Adrian Alphona existe dans le MCU.

• Bravo au photographe de rue de Karachi (Om Narayan) pour sa prononciation authentique de âne (“dunkee”).

• Rukshana Aunty (Anjana Ghogar) criant “Ka-maman-la” en tant que nom non pakistanais est à la fois un dépassement inutile (mais fidèle à la réalité) et une belle reconnaissance des éléments culturels moins réfléchis de la création de bandes dessinées de Kamala.

• Lorsque Kareem demande : “Fais tout masqué Amreekans avoir des super pouvoirs ? » Réponse de Kamala — « Eh bien, comment savez-vous que je ne suis pas Canadien ? » – ressemble à un salut amusant à Vellani et Obaid-Chinoy.

Leave a Comment