Rapport et faits saillants du Grand Prix d’Émilie-Romagne 2022: Verstappen mène Red Bull 1-2 alors que Ferrari vacille dans la course bourrée d’action d’Imola

Max Verstappen a remporté un spectaculaire Grand Prix d’Émilie-Romagne sur sol sec et humide contre son coéquipier de Red Bull Sergio Perez alors que Ferrari ne pouvait pas livrer à domicile – Charles Leclerc a filé tard pour terminer sixième après l’abandon de Carlos Sainz.

Le Néerlandais a dominé le Sprint de samedi et a pris la tête dimanche, son coéquipier Perez le rejoignant à l’avant – tandis que Leclerc a momentanément chuté à la quatrième place. La voiture de sécurité a émergé dans le premier tour alors que Daniel Ricciardo a fait basculer Carlos Sainz dans le gravier et hors de la course pour le deuxième Grand Prix.

Avec le séchage de la piste, les pilotes ont commencé à passer des intermédiaires aux médiums au tour 19 – Perez est arrivé devant Verstappen, qui a conduit Leclerc dans les stands un tour plus tard. Le Monégasque a émergé juste devant le Mexicain, mais Perez a patiné pour la P2 avec des pneus plus chauds et a ensuite tenu la Ferrari à distance.

Un pari tardif pour les softs de P3 de Leclerc a vu les Red Bulls emboîter le pas et conserver la tête, mais au tour 54 – encore une fois à la poursuite de Perez – le leader du championnat a filé et a heurté le mur à Variante Alta. Il est tombé au neuvième rang après avoir dû faire un pit pour un nouveau nez et des softs, et n’a récupéré qu’en P6 au drapeau.

Lando Norris prend donc la dernière marche du podium, promu deux fois avec l’abandon de Sainz et la sortie de piste de Leclerc. George Russell de Mercedes a pris un départ brillant et a gagné sept places en P4 à l’approche du drapeau à damier, repoussant Valtteri Bottas d’Alfa Romeo de moins d’une seconde malgré un duel tardif avec le pilote qu’il a remplacé aux Silver Arrows.

Yuki Tsunoda a terminé septième pour AlphaTauri, dépassant Sebastian Vettel (P8) d’Aston Martin tardivement – ​​tandis que Leclerc a terminé devant la paire avec son effort de sauvetage tardif.

Kevin Magnussen de Haas a atteint la cinquième place grâce à un autre départ fulgurant, mais est retombé à la neuvième place. Lance Stroll d’Aston Martin a complété le top 10, un doublé de points pour l’équipe qui est entrée à Imola avec zéro.

La solide performance d’Alex Albon l’a placé 11e, devant Pierre Gasly d’AlphaTauri – qui n’a pas pu se frayer un chemin même avec le DRS (qui a été activé lorsque la piste a été jugée suffisamment sèche au tour 34). Lewis Hamilton était le suivant, le pilote Mercedes ayant été doublé sans ménagement par Verstappen au 40e tour, pour terminer 13e – Esteban Ocon terminant 11e mais chutant au 14e grâce à une pénalité de cinq secondes pour une sortie dangereuse.

Grand Prix d’Émilie-Romagne 2022 : Carlos Sainz part en tête-à-queue sur le mouillé à Imola

Zhou Guanyu est parti de la voie des stands après sa chute au Sprint, le pilote Alfa Romeo prenant la 15e place devant Nicholas Latifi de Williams.

Mick Schumacher était 17e, le pilote Haas ayant tourné deux fois dimanche après-midi – tandis que Daniel Ricciardo était dernier et 18e après son enchevêtrement au tour 1 avec Sainz, renouant avec les durs à mi-chemin de la course dans une stratégie infructueuse.

Avec Sainz, son compatriote Fernando Alonso était l’autre DNF ayant perdu une partie de son sidepod, Schumacher ayant perdu le contrôle et heurté les flancs de l’Alpine au premier tour.

Appuyez ici pour vous abonner à F1 TV pour une couverture améliorée de la course, des émissions exclusives, des vidéos d’archives et plus encore

Comme cela s’est déroulé

La pluie a peut-être emporté le temps glorieux qui a honoré les milliers de fans à Imola le matin, mais cela n’a guère refroidi leur esprit – tifosi peindre les tribunes en rouge, des touches de bleu et de blanc parmi elles pour la course à domicile d’AlphaTauri. Les nuages ​​se sont dissipés pendant les tours de grille, qui ont été effectués sur des composés intermédiaires – mais il y avait toujours un risque de précipitations dans l’air.

Après avoir pris la P1 depuis la pole du Sprint, Max Verstappen a assuré de s’aligner devant Charles Leclerc, tandis que Sergio Perez et Carlos Sainz ont fait des gestes sérieux samedi dans le Sprint pour occuper la première ligne de ce Grand Prix d’Emilie-Romagne.

Il y avait également dans l’air un sentiment de danger pour Ferrari, qui a changé du jour au lendemain des pièces sur tous leurs moteurs – y compris ceux des équipes clientes Haas et Alfa Romeo – et Lewis Hamilton de Mercedes, le 14e démarreur ayant remarqué des hoquets sur son unité de puissance. sur les tours de la grille, avec l’assurance que le problème serait résolu.

Les lumières se sont éteintes sous un ciel gris, tout le peloton en pneus intermédiaires – Zhou Guanyu partant de la voie des stands – à la poursuite de Verstappen, qui a pris la tête avec Perez passant en deuxième position. Coup de cœur pour les fidèles de Ferrari : Daniel Ricciardo est entré en collision avec Sainz à Tamburello, envoyant la Ferrari – et en faisant sortir la voiture de sécurité.


Sainz a abandonné pour la deuxième course consécutive

Leclerc a également perdu, quatrième derrière Lando Norris, qui l’a propulsé dans le virage 2; les gagnants de ce chaos étaient Kevin Magnussen, passant de P8 à P5, devant George Russell (P11 à P6). Lance Stroll a également apprécié la tournée d’ouverture, passant de P15 à P11 tandis que son coéquipier Sebastian Vettel était neuvième à partir de P13.

La course a redémarré pour le tour 5 sur 64, Red Bull conservant son doublé pour le moment, tandis que Norris a tenu bon en P3 devant Leclerc – jusqu’au tour 8, lorsque la Ferrari a balayé la ligne droite principale. Le Néerlandais avait trois secondes d’avance sur son coéquipier Perez à ce moment-là, Leclerc encore trois secondes derrière.

La ligne sèche était prédominante au tour 10 et les pilotes recherchaient des zones humides pour apaiser leurs pneus brûlants – les coureurs ont résisté à ce qui était présenté comme une douche entrante.

Russell, en hausse de cinq places grâce à un départ brillant, a fourni le feu d’artifice à ce stade dans un duel renversant avec Magnussen pour la P5. Il a traqué le Haas du tour 11 au tour 13, le Danois gardant ses coudes à plusieurs points et perdant presque contre Russell au virage 2 au tour 12, mais à peu près en gardant sa place. La Flèche d’Argent est finalement passée à Variante Alta avec un mouvement époustouflant au tour 13.

Cette bataille a aidé Bottas à se rapprocher et à retirer la P6 du pilote Haas un tour plus tard à Rivazza.


1393368081

Bottas a été rapide tout au long pour Alfa Romeo – jusqu’où pouvait-il aller ?

De retour à l’avant, Leclerc était sous le choc de Perez dans une course de nœuds, à seulement 1,3 seconde du Mexicain qui était à son tour à six secondes de son coéquipier au 15e tour – Verstappen se dégourdissant toujours les jambes.

Pas encore de pluie, donc les pneus souffraient, et c’est Ricciardo qui a pris le risque de s’arrêter pour les médiums au 18e tour, espérant peut-être sauver quelque chose après sa collision au 1er tour avec Sainz. Cela a ouvert la fenêtre.

L’équipe au stand de Ferrari a ensuite émergé mais Leclerc n’est pas venu pour un nouveau set. C’est plutôt Red Bull qui a réagi en premier et a envoyé Perez pour les médiums. Au 20e tour, Verstappen menait Leclerc – le Néerlandais profitant d’un arrêt 1,4 seconde plus rapide que celui de son rival – après quoi tout le peloton était sur des slicks à bandes jaunes.

Leclerc émergerait juste devant Perez, mais les pneus du Mexicain étaient plus chauds et il se tortilla dans la chicane d’ouverture du deuxième tour. Il semblait que la stratégie de Red Bull avait fonctionné, et ils étaient de retour sur la bonne voie pour un une-deux… mais avec Leclerc cachette.

Leclerc jetterait un coup d’œil au 22e tour, mais il n’a pas pu le dépasser et a donné un peu de répit à ses pneus avant de se rapprocher du 29e tour lorsque Perez est sorti de la piste. Sans DRS pour le moment, cependant, la passe pour P2 serait d’autant plus difficile. Verstappen a continué, maintenant 9,5 secondes en tête.

Au tour 34, les conditions ont été jugées suffisamment sèches pour que le DRS soit activé.

Grand Prix d’Émilie-Romagne 2022 : Fernando Alonso prend sa retraite après l’arrachement du ponton

Insensible, Verstappen a étiré davantage ses jambes, doublant symboliquement Hamilton, alors 14e, au tour 41, le champion en titre ayant maintenant 12 secondes d’avance sur son coéquipier.

Le tour 50 a vu Leclerc entrer pour des pneus tendres, ce qui a poussé Perez puis Verstappen à s’opposer aux mêmes composés dans les tours suivants. Perez était maintenant mis entre les griffes de la Ferrari et devait une fois de plus monter une défense acharnée s’il voulait sceller le doublé Red Bull.

C’était le cas jusqu’à ce que Leclerc tourne et tape le mur à Variante Alta au tour 53 – le faisant tomber en P9 alors qu’il s’opposait à un nouvel aileron avant. Sur un autre train de pneus tendres, il est revenu en P6 avec des dépassements tardifs sur Vettel et Tsunoda.

Verstappen a remporté une victoire de 16,5 secondes sur son coéquipier Perez, le pilote du jour revenant dans la lutte pour le championnat avec une victoire décisive. Hésitant à domicile, les malheurs de Ferrari ont permis à Norris de prendre la dernière place sur le podium pour McLaren.

En P4, Russell avait 0,6 seconde d’avance sur l’ancien pilote Mercedes Bottas – le pilote Alfa Romeo ayant pourchassé la Flèche d’Argent tardivement en vain. Yuki Tsunoda, septième, a dépassé Magnussen avec DRS au 48e tour et en a enlevé un autre à Vettel au 54e tour – des points utiles pour AlphaTauri à quelques kilomètres de leur usine de Faenza malgré le fait que le pilote japonais luttait pour la traction à mi-course.


1393363337

Russell a retenu Bottas de six dixièmes

Vettel a terminé huitième, son coéquipier Stroll 10e – les deux Aston Martin ramenant des points à la maison étant entrés à Imola sans aucun. Entre eux se trouvait Magnussen, le Danois tombant en P9 malgré une course aussi élevée que P5 après un autre excellent départ.

Alex Albon a pris une brillante P11 pour Williams, son rythme sur les médiums suffisamment bon pour garder Pierre Gasly d’AlphaTauri derrière de 0,6 seconde, Lewis Hamilton encore sept dixièmes de retard en P13 alors que le pilote Mercedes ne pouvait tout simplement pas passer, malgré une agonisante fermer après l’ouverture du DRS au tour 35.

Esteban Ocon a terminé 11e à partir du 16e, mais a été classé 14e, grâce à une pénalité de cinq secondes pour une sortie dangereuse lors de son arrêt au stand, qui a vu les roues Alpine bang avec la Mercedes de Hamilton dans la voie des stands.


1393368316

Vettel a remis Aston Martin sur la bonne voie avec Stroll pour couronner une arrivée à deux points

L’accident de Sprint de Zhou Guanyu l’a vu partir des stands et terminer 15e pour Alfa Romeo – devant Nicholas Latifi de Williams en 16e.

Mick Schumacher a filé au départ, juste après l’échouage de Sainz à Tamburello. Le pilote Haas a subi un autre tête-à-queue au 25e tour dans un duel avec Latifi, pour terminer 17e.

Après son enchevêtrement au tour 1 avec Sainz, Ricciardo avait été le premier pilote à s’opposer aux slicks. L’Australien est entré une fois de plus à mi-parcours pour un train de pneus durs mais n’a terminé que 18e – avec Alonso et Sainz les deux retraités dimanche.

Pas le plus beau jour de Ferrari, mais les fans étaient à pleine voix alors qu’ils regardaient le duo ravi de Red Bull vaporiser du champagne sur le podium avec un Norris tout aussi jubilatoire.


1393371282

Le trio du podium célèbre

Citation clé

“C’est toujours difficile de réaliser quelque chose comme ça”, a déclaré Max Verstappen, vainqueur du Grand Prix d’Émilie-Romagne. “Déjà hier et avant-hier, nous y étions et cela ressemblait à un week-end fort. Aujourd’hui, on ne sait jamais avec la météo à quel point vous serez compétitif… mais en tant qu’équipe, nous avons tout bien fait et je pense que le un-deux est très bien mérité.

“Le début était très important, mais après [also], en jugeant les conditions et le moment de passer aux pneus slicks et dans le tour de sortie avec des pneus slicks pour ne pas faire d’erreurs. En tête, il faut toujours dicter le rythme, et c’est toujours un peu plus difficile au départ mais tout a été bien géré.”

Et après?

Le Grand Prix de Miami fait ses débuts du 6 au 8 mai, cette toute nouvelle ère de la F1 sur un tout nouveau circuit – avec Max Verstappen ayant remporté une précieuse victoire dans le jardin de Ferrari, Verstappen étant désormais passé en P2 chez les pilotes ‘ classement derrière Leclerc.

Leave a Comment