Le nombre de personnes déplacées dépasse 100 m pour la première fois, selon l’ONU | Développement mondial

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a déclaré que le nombre mondial de personnes déplacées de force avait dépassé les 100 millions pour la première fois, le décrivant comme une “étape vertigineuse”.

Le haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a déclaré que cette sombre nouvelle statistique devrait servir de signal d’alarme pour la communauté internationale et que davantage d’action est nécessaire au niveau international pour s’attaquer aux causes profondes des déplacements forcés dans le monde.

Les responsables ont déclaré que le nombre de personnes forcées de fuir les conflits, la violence, les violations des droits de l’homme et la persécution avait atteint un niveau sans précédent en raison de la guerre en Ukraine et d’autres conflits meurtriers.

“Cent millions est un chiffre frappant – qui donne à réfléchir et alarmant dans une égale mesure”, a déclaré Grandi. « Cela doit servir de signal d’alarme pour résoudre et prévenir les conflits destructeurs, mettre fin à la persécution et s’attaquer aux causes sous-jacentes qui forcent des personnes innocentes à fuir leur foyer.

Le chiffre a atteint 90 millions à la fin de 2021, propulsé par une série de conflits, notamment en Afghanistan, au Burkina Faso, en République démocratique du Congo, en Éthiopie, au Myanmar et au Nigéria.

Huit millions d’Ukrainiens ont été déplacés dans leur pays d’origine à cause de la guerre, ainsi que plus de six millions de mouvements de réfugiés enregistrés depuis l’Ukraine.

« La réponse internationale aux personnes fuyant la guerre en Ukraine a été extrêmement positive », a déclaré Grandi. « La compassion est vivante et nous avons besoin d’une mobilisation similaire pour toutes les crises dans le monde. Mais en fin de compte, l’aide humanitaire est un palliatif, pas un remède. Pour inverser cette tendance, la seule réponse est la paix et la stabilité afin que des innocents ne soient pas obligés de jouer entre un danger aigu chez eux ou une fuite ou un exil précaire.

Le terme «personne déplacée» a été utilisé pour la première fois pendant la seconde guerre mondiale, au cours de laquelle plus de 40 millions de personnes ont été déplacées de force.

Un rapport de la bibliothèque de la Chambre des Lords de décembre 2021 cite des statistiques du HCR selon lesquelles le nombre de personnes déplacées de force dans le monde dépassait 84 millions à la mi-2021. Il s’agit d’une augmentation par rapport aux 82,4 millions estimés à la fin de 2020. Les conflits armés, la violence et les violations des droits de l’homme étaient les principales causes. Le rapport a également noté que la pandémie de Covid-19, les catastrophes, les conditions météorologiques extrêmes et les autres effets de la dégradation du climat avaient créé des défis supplémentaires pour les personnes déplacées.

Le HCR a indiqué qu’à la fin juin 2021, le nombre de réfugiés relevant de son mandat avait dépassé 20,8 millions, soit une augmentation de 172 000 par rapport à la fin de 2020. Plus de la moitié de ceux qui ont obtenu une protection internationale provenaient de cinq pays – Afrique centrale (71 800), le Soudan du Sud (61 700), la Syrie (38 800), l’Afghanistan (25 200) et le Nigeria (20 300).

La Syrie continue d’abriter la plus grande population de réfugiés au monde. Les Vénézuéliens étaient le deuxième groupe le plus important et les Afghans constituaient le troisième groupe le plus important.

Les trois pays accueillant le plus de personnes déplacées étaient la Turquie avec 3 696 800, la Colombie avec 1 743 900 et l’Ouganda avec 1 475 300.

Le 16 juin, le HCR publiera son rapport annuel sur les tendances mondiales décrivant un ensemble complet de données mondiales, régionales et nationales pour 2021 ainsi que des mises à jour plus limitées jusqu’en avril 2022.

Leave a Comment