La volatilité sur les marchés persistera “longtemps” selon un expert en investissement

Le PDG de Calamos Investments, John Koudounis, a affirmé dimanche que la volatilité du marché se poursuivrait “pendant longtemps”, mais a noté que la situation actuelle présentait des opportunités d’achat.

“Je ne le vois pas [market turbulence] s’en va”, a déclaré Koudounis à “Fox News Live” dimanche. “Cela dépend de la façon dont la Fed essaie de décrocher cela. Ça va être très difficile d’avoir un atterrissage en douceur. Cela n’a jamais été fait.”

“Il y aura des bons moments, il y aura des mauvais moments”, a ajouté le PDG de la société d’investissement mondiale spécialisée dans la gestion d’investissements. “Notre conseil à nos clients, vous devez être dedans parce que la hausse se présente, et vous devez être investi.”

Koudounis a fourni la perspicacité deux jours après que le S&P 500, la mesure la plus large du marché boursier américain, ait glissé en territoire baissier avant de revenir au-dessus de ce niveau.

L’indice de référence a chuté de plus de 20 % par rapport à son sommet de janvier à 4 796,56 avant d’effacer les pertes pour clôturer à 3 901,36. Un marché baissier officiel exigerait que l’indice de référence clôture à ou en dessous de 3 837,25.

Le Nasdaq Composite, riche en technologies, est entré dans un marché baissier plus tôt cette année et a chuté de 29 % depuis le début de l’année.

Téléscripteur Sécurité Durer Changer Changer %
Moi : DJI MOYENNES DOW JONES 31261.9 +8,77 +0,03%
SP500 S&P 500 3901.36 +0,57 +0,01%
Je : COMP INDICE COMPOSÉ NASDAQ 11354.617127 -33.88 -0.30%

Koudounis a souligné que la situation actuelle présente “absolument” “une certaine valeur”.

“Il y a eu une rotation entre les actions de croissance et de valeur”, a-t-il noté. “Maintenant, les actions de croissance ont été tellement battues que les gestionnaires actifs, les professionnels, commencent à en choisir et à ajouter à ces positions. Et les entreprises qui sont fondamentales, ont des problèmes, elles ont réduit ces positions.”

“Donc, si vous êtes un gestionnaire actif, vous voyez en fait cela comme une opportunité de vous débarrasser de certaines entreprises qui ne se portent pas bien et d’ajouter celles qui, selon vous, vont bien se porter”, a poursuivi Koudounis. “Il y a donc des opportunités et au fil du temps, si vous avez un portefeuille équilibré, tout ira bien.”

L’INFLATION MONTE DE 8,3 % EN AVRIL, PLONGANT PRÈS DE 40 ANS

Les marchés ont connu de la volatilité ces dernières semaines, les inquiétudes concernant les hausses de taux de la Réserve fédérale et la forte inflation continuant d’inquiéter les investisseurs.

Mercredi, les actions américaines ont connu une forte vente alors que de plus en plus de détaillants ont révélé l’impact négatif de l’inflation représentant le pire jour pour les actions depuis 2020.

Le PDG de Calamos Investments, John Koudounis, a discuté de l’impact de l’inflation sur les Américains et pèse sur la volatilité des marchés. (iStock / iStock)

Le Dow Jones Industrial Average a chuté de plus de 1 100 points, soit 3,6 % mercredi.

Plus tôt ce mois-ci, il a été révélé que l’inflation s’était ralentie sur une base annuelle pour la première fois depuis des mois en avril, mais qu’elle avait augmenté plus que prévu, les contraintes de la chaîne d’approvisionnement, la guerre russe en Ukraine et la forte demande des consommateurs continuant de maintenir les prix à la consommation élevés.

Le ministère du Travail a annoncé plus tôt ce mois-ci que l’indice des prix à la consommation, une large mesure du prix des biens de tous les jours, y compris l’essence, l’épicerie et les loyers, a augmenté de 8,3 % en avril par rapport à il y a un an, en dessous de la hausse de 8,5 % enregistrée en glissement annuel. en mars. Les prix ont bondi de 0,3 % au cours de la période d’un mois à partir de mars. Ces chiffres étaient à la fois supérieurs au chiffre global de 8,1 % et au gain mensuel de 0,2 % prévus par les économistes de Refinitiv.

La Réserve fédérale est confrontée à la tâche délicate de refroidir la demande et les prix sans entraîner par inadvertance l’économie dans une récession.

“L’inflation est là, et il est très difficile pour la Fed de la contrôler”, a expliqué Koudounis, soulignant que tout le monde était “blessé” par les hausses de prix.

Mardi, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a réitéré son engagement à freiner l’inflation la plus élevée depuis des décennies, indiquant que la banque centrale augmentera les taux d’intérêt aussi haut que nécessaire afin de maîtriser les prix à la consommation.

OBTENEZ FOX BUSINESS SUR LA ROUTE EN CLIQUANT ICI

Les décideurs de la Fed ont relevé le taux de référence des fonds fédéraux d’un demi-point plus tôt ce mois-ci, et Powell a pratiquement promis que deux augmentations de taille similaire seraient sur la table lors des prochaines réunions en juin et juillet. Il a fait écho à ce sentiment mardi alors que la Fed se précipite pour rattraper l’inflation galopante et la ramener à l’objectif de 2 %.

Koudounis a prévenu qu'”il va être difficile d’éviter” une récession.

“Nous espérons que la Fed pourra l’éviter”, a-t-il poursuivi, notant que la banque centrale devrait relever ses taux à chaque réunion à venir.

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS SUR FOX BUSINESS

“Je suppose que c’est 50 points de base à chaque fois”, a déclaré Koudounis. “S’ils maintiennent le cap et arrêtent d’acheter et bien sûr continuent d’augmenter [rates] jusqu’à la fin de l’année, ça va être dur de l’éviter.”

Koudounis a ajouté qu’il pensait que l’inflation resterait et n’atteindrait pas l’objectif de 2% de la Fed d’ici la fin de l’année.

Megan Henney et Suzanne O’Halloran de FOX Business ont contribué à ce rapport.

Leave a Comment