J. Alphonse Nicholson de P-Valley sur le côté tendre de Lil Murda

Photo : Rodin Eckenroth/Getty Images

Dans la ville fictive de Chucalissa, dans le delta du Mississippi, dans le monde riche qui entoure un club de strip-tease et les personnes qui y sont liées, il se passe toujours quelque chose. Dans l’épisode quatre de la série Starz P-Vallée“Demethrius”, le thème récurrent de ce que signifie survivre et les manières qui prennent forme ont atteint de nouveaux sommets dans une scène de sexe à la fois tendre et subversive, comme Lil Murda de J. Alphonse Nicholson, le sudiste jusqu’à l’os le rappeur qu’on ne peut s’empêcher d’encourager, et son ami de longue date devenu agent de sécurité Big Teak (John Clarence Stewart) trouvent un répit l’un avec l’autre.

Alors que Big Teak se défait du traumatisme de la navigation anti-Blackness – des indignités quotidiennes aux séquelles de la prison à la normalisation de l’écoute audio et vidéo des Noirs brutalisés et tués – Lil Murda lui offre un moment de réconfort sous la forme de sexe. L’intimité et l’évasion partagées entre les deux vont bien au-delà de l’acte physique lui-même tout en posant une question rarement posée aux téléspectateurs et aux téléspectateurs : qu’est-ce que ça fait d’être consommé par le traumatisme d’être conscient et Noir dans un monde anti-Noir et toujours continue?

Les acteurs, qui sont tous deux des artistes de théâtre chevronnés, tiennent doucement un objectif sur l’usure que le racisme anti-noir peut causer à l’esprit et à l’esprit avec les conseils du dramaturge superstar et créateur de la série Katori Hall, co-producteur exécutif et co-scénariste Patrik-Ian Polk (qui a un penchant pour la création de scènes dignes d’évanouissement centrées sur des hommes noirs homosexuels) et Cierra “Shooter” Glaudé en tant que réalisateur faisant ce qui devait être fait et plus encore. Lors d’un appel avec Vulture, Nicholson nous a expliqué la scène puissante, ce qui rend le jeu P-Valléela star du rap en plein essor de si créativement nourrissante, et comment on se sent au centre d’un moment télévisé révolutionnaire.

Cette interview a été éditée et condensée.

La tendresse de Lil Murda s’étend quand il voit que Teak est en train de se défaire et d’être englouti par le traumatisme de faire face à l’anti-Blackness est tellement superposé.
Il y a tellement de couches. Je pense que Lil Murda est amoureux de l’oncle Clifford, et il veut continuer à se retrouver avec elle et explorer cette relation. Mais il se rend également compte de l’amitié et de la fraternité qu’il entretient avec Teak et connaît le soulagement dont Teak a besoin et probablement aussi le soulagement dont Lil Murda a besoin pour lui-même. Vous savez, il y avait peut-être des raisons égoïstes là-dedans, mais en même temps, je pense que c’était très altruiste de venir réconforter son ami et réconforter son ex-amant, son ancien compagnon. Je ne pense pas que nous ayons jamais vu quelque chose comme ça à la télévision auparavant.

Cela m’a fait beaucoup réfléchir à la survie et aux différentes manières dont les traumatismes se manifestent pour les Noirs, puis à la compréhension que les Noirs rencontrent ou refusent de traverser.
Big Teak et Lil Murda se sont absolument retrouvés dans une situation très complexe. À partir du moment où Big Teak sort, Lil Murda se demande comment il va lui expliquer qu’il est passé à autre chose. Vous savez, alors Big Teak doit réaliser que le monde est si différent. Et puis traiter non seulement la pandémie et le meurtre constant de Noirs américains, mais aussi comme, Merde, je dois voir mon garçon semi-célèbre et toutes ces femmes rampant sur lui – et lui ayant un peu ce truc avec Mme Mississippi. L’esprit de Teak fait probablement des allers-retours avec cela, se demandant probablement quand ils auront le temps et l’espace pour être seuls et se battre pour cet espace.

Survivre est impératif dans P-Vallée, et c’est quelque chose que vous voyez tout au long de la saison. Vous faites de votre mieux pour survivre, et nous verrons Big Teak, Lil Murda, tous ces personnages manœuvrer à travers cette survie d’une manière différente. Je pense que la façon dont nous voyons Lil Murda le faire cette saison est tout simplement épique, faute d’un meilleur mot.

Quel a été votre processus pour établir la chimie à l’écran avec John Clarence Stewart et faire en sorte que la dynamique entre Lil Murda et Big Teak se sente vécue?
Faire confiance à notre processus et savoir que nous venons tous les deux du milieu du théâtre, où il faut vraiment s’asseoir dans le travail, respirer et croire, comme j’aime à le dire. Donc, nous mettons en quelque sorte nos nerfs de côté et disons, Vous savez quoi, racontons l’histoire; disons-le correctement. John est un professionnel constant, donc savoir que nous allons tous les deux faire de notre mieux chaque jour a rendu les choses assez fluides.

Les scènes de sexe sont juste inconfortables – peu importe vos préférences sexuelles ou qui vous aimez ou ce que vous aimez, c’est juste inconfortable parce qu’il y a tellement de gens dans la pièce et des lumières et des caméras et toutes ces choses. Mais nous savions que nous avions un travail à faire. J’ai vraiment eu le sentiment qu’on comprenait tous les deux qu’on allait entrer dans l’histoire. Nous avons tous les deux senti ce que cette énergie allait être et nous nous sommes enfermés et nous l’avons fait.

Dans cette saison et la première, il y a ces tendres moments avec Lil Murda qui viennent tirer la corde sensible. Voyez-vous une tension ou une déconnexion avec qui Lil Murda est à l’intérieur et comment certaines personnes peuvent le voir en fonction des tatouages ​​​​du visage et du corps, être un rappeur, faire du temps, etc.?
Ouais. La gamme et la complexité de Lil Murda est l’une de mes parties préférées de pouvoir le jouer. La musique et toutes ces choses différentes qui vont avec. J’ai l’impression que Lil Murda est très confiant en qui il est, et en ce qui concerne l’éclat et la bravade, cela fait aussi partie de lui. De toute évidence, la mentalité de type gangsta, cette mentalité de la rue, cela fait partie de qui il est.

Ce côté doux – ce côté tendre et aimant que nous voyons de lui – fait aussi partie de qui il est. C’est juste quand vous êtes dans un espace plus intime avec lui que vous le voyez. Mais je ne pense pas qu’il en ait honte; Je ne pense pas qu’il essaie de cacher cela au monde. Je pense que la seule chose dont il s’inquiète, et pour des raisons très valables, c’est évidemment que sa vie pourrait être en danger. La stigmatisation que la communauté place sur des personnes comme Lil Murda qui peuvent sembler d’un certain type mais qui ont un amour et une affection envers le même sexe, vous savez, fait que toute cette haine leur est vomie. Je pense qu’il a plus peur de ça que d’être complètement ce qu’il est. Je pense qu’il y a une partie de lui qui aspire à être libre, aspire à être complètement vu et entendu et veut en quelque sorte être cette voix dans une certaine mesure.

Il est comme un oignon. Les grands conteurs – vous savez, les conteurs lauréats du prix Pulitzer comme Katori Hall – font cela. Ils ont une façon de créer ces personnages très denses où vous allez continuer à décoller les couches et être en quelque sorte surpris, et comme un oignon, parfois nous sommes émus aux larmes. C’est vraiment très beau.

Quel parallèle voyez-vous entre vous et votre personnage ?
Du côté de la narration, du côté des acteurs, c’est aussi ce que je ressens. Vous avez un peu peur et peur de ce qui va être dit sur vous ou du type de situation difficile dans laquelle vous pourriez vous mettre, mais je devais me rappeler de mes frères et sœurs et de tous ceux qui se promènent tous les jours dans la vraie vie. , et ce n’est pas fictif. Et donc savoir que ce risque doit être pris est si similaire à ce que Lil Murda — je pense qu’il comprend quel est son rôle en tant qu’individu au sein de la société et avec sa communauté. Il y a un facteur de peur, mais je pense qu’il veut intervenir et s’approcher du marbre.

Je dois poser des questions sur le boo à l’écran de Lil Murda, Oncle Clifford. Tant de gens les soutiennent, dont moi ! Selon vous, qu’est-ce qui rapproche ces deux personnages ?
Je pense qu’ils voient une part d’eux-mêmes l’un dans l’autre. Ils peuvent se rapporter les uns aux autres en ce qui concerne la bravade et l’éclat et être capable de capturer une pièce. Et puis juste comment ils se voient, c’est très authentique. Ils ont une véritable affection l’un pour l’autre. Je pense qu’ils savent qu’ils prennent tous les deux un risque dans une certaine mesure, mais qu’ils sont prêts à prendre ce risque l’un pour l’autre.

Sur le plan commercial, Lil Murda a cette incroyable volonté d’aller là où il veut aller, tout comme l’oncle Clifford. Elle doit garder son club; elle doit être la mère de ces jeunes femmes qui travaillent au club et de tous les patrons. Ils ont tous les deux cet esprit de gardien ainsi que ce genre de vision en tunnel où ils seront sûrs de voir leurs objectifs à travers. Je pense que c’est ce qui les attire l’un vers l’autre et puis juste cette affection naturelle que les gens ont quand ils s’aiment.

J’ai entendu des fans de la série partager diverses raisons pour lesquelles ils apprécient le monde de P-Vallée. Qu’est-ce que jouer à Lil Murda vous a apporté ?
Cela m’a donné tellement confiance en qui je suis en tant qu’acteur et en qui je suis en tant que conteur. Cela m’a donné la capacité de vraiment comprendre qui je suis en tant qu’allié de mes frères et sœurs et de tous les autres membres de la communauté LGBTQ+. Cela m’a donné l’opportunité de montrer une gamme incroyable que je ne pense pas avoir eu l’occasion de montrer, et j’espère juste que je continuerai à avoir l’opportunité de le montrer. J’ai eu la chance d’avoir des rôles vraiment incroyables — vous savez, le Juste miséricordes du monde et du film Ils ont cloné Tyrone qui sort ensuite et même de mes jours de scène avec Un jeu de soldat et que gagner un Tony.

Mais P-Vallée a certainement été la plus grande opportunité et la plus grande plate-forme pour montrer qui je suis complètement en tant qu’acteur. Je viens d’apprendre tellement de Lil Murda en ce qui concerne le fait de se voir dans le miroir et de savoir qui vous voulez être et d’être confiant dans votre démarche et de comprendre que vous allez avoir des épreuves et des tribulations, des hauts et des bas, mais en gardant la tête et le faire à travers ces choses. Des choses que je connaissais déjà mais qui se sont rafraîchies et affirmées en travaillant sur la série.

Leave a Comment