Ce que vous devez savoir sur la nouvelle comédie dramatique FX “The Bear”

“The Bear” offre un aperçu intrigant et axé sur les personnages du fonctionnement interne d’une cuisine de restaurant à travers le prisme d’egos qui s’affrontent – et d’une unité de travail familiale dysfonctionnelle qui rassemble en quelque sorte le tout lorsque la chaleur est allumée.

C’est un monde qui semble très authentique, et il y a une bonne raison à cela : la série FX en huit épisodes – diffusée exclusivement sur Hulu – a été créée par Christopher Storer (“Ramy”) et compte le célèbre chef Matty Matheson en tant que coproducteur ( il a aussi un petit rôle); La sœur de Storer, Courtney Storer, est chef et sert de productrice culinaire. La solide distribution d’ensemble, dirigée par Jeremy Allen White (Phillip “Lip” Gallagher de “Shameless”) en tant que protagoniste de mauvaise humeur Carmen “Carmy” Berzatto, crée une atmosphère dégonflante / gonflante pleine de tension, d’euphorie, de comédie noire, de mesquinerie décontractée et collage.

Notre histoire commence alors que Carmen, un chef acclamé, tatoué et primé, quitte son travail sous haute pression et son patron toxique dans un restaurant stérile de renommée mondiale à New York et retourne à Chicago pour reprendre la sandwicherie chaotique de la famille après le suicide de son frère, Michael, qui dirigeait l’endroit avec son meilleur ami, Richie Jerimovich (Ebon Moss-Bachrach).

Ebon Moss-Bacharach dans le rôle de Richie.  Il porte un T-shirt qui dit The Original Beef of Chicagoland et crie après Carmy, qui se penche et frotte quelque chose.  Richie pointe quelque chose hors caméra.
Ebon Moss-Bachrach dans le rôle de Richie Jerimovich, le meilleur ami du défunt frère de Carmy, Michael.
Matt Dinerstein/FX

L’Original Beef of Chicagoland est une vitrine grungy, battue et tachée de graisse d’un quartier local avec une clientèle stable et fidèle (grâce en partie à ses jeux vidéo des années 80). Mais c’est cecifermer à la ruine financière et se débrouille sur une aile et une prière. Lorsque la série s’ouvre, Carmen n’est là que depuis peu de temps et essaie, et échoue le plus souvent, d’établir un semblant d’ordre à son personnel de cuisine vétéran et récalcitrant, qui ne déroule pas exactement le tapis de bienvenue pour cette hoity-toity soi-disant intrus dans leur monde insulaire. Ils sont toujours fidèles à Michael, et ça n’aide pas quand Carmen engage Sydney Adamu (Ayo Edebiri)une jeune sous-chef motivée qui se heurte aussitôt à ses collègues entêtés.

Ayo Edebiri dans le rôle de Sydney Admu.  Elle tient un bloc-notes et un stylo et regarde hors champ.  Elle porte un tablier bleu.
Ayo Edebiri joue Sydney Admu, un sous-chef sensé qui est embauché par Carmy pour diriger la cuisine.
Matt Dinerstein/FX

Mais il y a plus qu’il n’y paraît; La famille et les amis de Carmen, en particulier Richie – bruyant, argumentatif et dans votre visage – en veulent à la façon dont il a «laissé» la famille derrière lui pour poursuivre ses ambitions de chef de haut vol; sa soeur, Nathalie (Abby Elliot) – surnommé “Sugar” – est favorable, mais Carmen ne s’est pas présentée aux funérailles de Michael et n’a pas vu leur mère depuis son retour, alors voilà. “Je vais réparer cet endroit”, dit-il à Sugar à propos de la sandwicherie. “Personne ne te le demande aussi,” rétorque-t-elle. Pendant ce temps, il approche d’un point de rupture en essayant de donner un sens à la comptabilité chaotique de Michael tout en microgérant le personnel, repoussant une offre d’achat de l’endroit de son oncle Jimmy (Oliver Platt) – à qui Michael devait des montagnes d’argent – ​​s’acclimatant à son nouvel environnement et garder son ours anxieux à distance (et ne pas avoir beaucoup de chance dans aucun de ces scénarios).

Le casting de soutien comprend les employés du restaurant Marcus (Lionel Boyce), le boulanger résident avec un talent pour la conception de gâteaux et une soif d’apprendre; Tina (Liza Colón-Zayas), qui se méfie énormément de Carmen et de Sydney et n’hésite pas à cacher son dédain ; et Ebraheim (Edwin Lee Gibson), qui ne dit pas grand-chose – mais, quand il le fait, il fait passer son message. Matheson joue Neil Fak, le réparateur de bonne humeur qui se considère comme faisant partie de la famille du magasin. Ils sont la colle qui fait tourner “The Bear” sur tous les cylindres le long d’un cours régulier de drame, de comédie noire, de déception et de rédemption – et c’est une recette solide pour une série agréable avec White, Edebiri et Moss-Bachrach en tête.

.

Leave a Comment