Après la marche du drapeau, des affrontements entre Palestiniens, Juifs et flics éclatent à Jérusalem-Est

Des Palestiniens, des Israéliens juifs et la police israélienne se sont affrontés à plusieurs endroits de Jérusalem dimanche soir, clôturant une longue et tendue journée dans la ville qui a accueilli la Marche du drapeau controversée de dizaines de milliers de Juifs nationalistes à travers la Vieille Ville.

Au moins cinq policiers israéliens, ainsi que plusieurs Juifs et Palestiniens, ont été blessés dans les violences. Des Palestiniens ont lancé des pierres sur un Israélien juif près de la porte Dung de la vieille ville, selon la police israélienne. La victime a été hospitalisée dans de bonnes conditions.

Plus tôt, plus de 70 000 Israéliens juifs ont défilé dans le quartier musulman de la vieille ville pour célébrer la prise par Israël en 1967 de la moitié est de la ville. La marche s’est déroulée dans l’ombre des menaces des groupes terroristes palestiniens de réagir violemment, ainsi que des chants racistes des participants.

Les Palestiniens et les Juifs du quartier brûlant de Sheikh Jarrah se sont livrés à de violents affrontements impliquant des jets de pierres plus tard dans la soirée. La police a cherché à disperser de force les émeutiers, certains officiers les pourchassant à cheval.

Sheikh Jarrah, un quartier au nord de la vieille ville, est devenu un point d’éclair dans la lutte pour Jérusalem entre Juifs et Palestiniens. Les Israéliens juifs se sont lentement installés dans la région à travers des cas d’expulsion complexes, déclenchant des tensions avec les résidents palestiniens.

Dans les images de la scène, on peut voir des Israéliens juifs lancer des pierres sur des maisons palestiniennes de l’autre côté de la rue. On ne sait pas comment les affrontements ont commencé, mais les résidents palestiniens ont accusé les « extrémistes juifs » d’avoir commencé le combat.

« Ils ont cassé des voitures, jeté des pierres sur des maisons et essayé de battre des gens. Ils ont aspergé les gens de gaz poivré », a déclaré Salah Diab, un habitant de Sheikh Jarrah, qui a été témoin des affrontements.

La police a également arrêté Tal Yoshvayev, un résident israélien dont la voiture a été incendiée à plusieurs reprises, prétendument par des assaillants palestiniens. Il a ensuite été libéré.

Des Palestiniens ont lancé des pierres sur un autre Israélien sur les lieux qui a ensuite été soigné par des médecins.

Diab a reconnu que les Palestiniens s’étaient également engagés dans les affrontements, mais a affirmé que c’était en état de légitime défense. Selon la police israélienne, deux personnes ont été arrêtées pour des émeutes à Sheikh Jarrah dimanche soir.

« C’est la première fois que je vois ce genre de violence. Et la police n’a rien fait. Il y avait des Arabes, d’accord, qui essayaient de se défendre, et la police les arrêtait alors pour s’être défendus », a déclaré Diab au Times of Israel.

Dans un autre extrait de la scène, on peut voir un homme portant le drapeau israélien tenter de battre un Palestinien sortant d’une voiture avec la banderole.

« La police israélienne a appréhendé deux suspects qui avaient agressé des agents de la police des frontières israélienne opérant dans la région », a déclaré un porte-parole de la police dans un communiqué.

Iyad Harb, le correspondant de la police de la chaîne arabe de la chaîne publique Kan, a été transporté à l’hôpital après avoir été agressé par des hommes masqués, également à Sheikh Jarrah.

Harb a déclaré que les assaillants qui l’ont frappé puis battu alors qu’il tombait au sol parlaient hébreu.

« Les jeunes juifs masqués m’ont demandé d’arrêter de filmer, puis ils m’ont agressé avec du gaz poivré ou des gaz lacrymogènes… puis je suis tombé par terre et ils m’ont frappé à la tête et au dos avec des bâtons, et m’ont donné des coups de pied », a déclaré Harb.

Deux bus israéliens ont également été attaqués dans le quartier d’Isawiya à Jérusalem-Est, selon des images circulant sur les réseaux sociaux.

La vidéo montre des dizaines de Palestiniens lançant des pierres et mettant le feu à l’un des véhicules. A part les chauffeurs, personne n’était dans les bus. Il n’y avait pas non plus de rapports de blessés.

Toujours à Isawiya, une salle de mariage près du lieu des affrontements a pris feu. Neuf équipes de pompiers ont été appelées pour maîtriser l’incendie, qui a vu une partie du toit s’effondrer.

Personne ne se trouvait dans le hall au moment de l’incendie et les pompiers ont déclaré qu’il était trop tôt pour déterminer la cause de l’incendie.

Plusieurs dizaines de Palestiniens ont également défilé à Silwan, à Jérusalem-Est, pour protester contre la marche de la Journée de Jérusalem. D’autres ont incendié des pneus près du poste de contrôle de Qalandiya, à la périphérie nord de Jérusalem.

Bien qu’il s’agisse d’une fête nationale, le jour de Jérusalem, qui marque la conquête par Israël de la vieille ville et de Jérusalem-Est depuis la Jordanie lors de la guerre des Six jours de 1967, est aujourd’hui célébré principalement par les juifs religieux de droite.

Dimanche matin, le Premier ministre Naftali Bennett a appelé les participants à la marche de l’après-midi à se comporter de manière responsable en souhaitant aux Israéliens une bonne fête de Jérusalem.

“Faire flotter le drapeau israélien dans la capitale d’Israël va de soi”, a déclaré Bennett. “Je demande aux participants de célébrer de manière responsable et respectueuse.”

Le chef du Parti sioniste religieux, le député Bezalel Smotrich, agite un drapeau israélien à la porte de Damas à l’extérieur de la vieille ville de Jérusalem, lors des célébrations de la Journée de Jérusalem, le 29 mai 2022. (Olivier Fitoussi/Flash90)

La police a déployé quelque 2 000 agents pour sécuriser le rassemblement, anticipant les tensions, et des agents de sécurité en civil ont parsemé les ruelles de la vieille ville.

Néanmoins, des affrontements sporadiques ont éclaté entre les marcheurs israéliens de droite et les Palestiniens tout au long de la journée. Au moins 60 personnes ont été arrêtées pour violences, selon la police israélienne. Cinq policiers israéliens, trois Israéliens et 40 Palestiniens ont été blessés, selon la police et les médecins.

La procession a été considérée comme la plus grande marche du Jour de Jérusalem depuis des années, avec des dizaines de milliers d’Israéliens juifs envahissant le centre-ville de Jérusalem et se dirigeant vers la porte de Damas, où une vague de drapeaux bleus et blancs pouvait être vue s’étendant au loin.

Des Palestiniens ont également affronté la police israélienne lors d’une manifestation devant la rue Salah al-Din, près de la procession de la Journée de Jérusalem. Un grand groupe de manifestants, agitant des drapeaux palestiniens, peut être vu sur des images de la région. La plupart des détenus semblent avoir été des Palestiniens de ce rassemblement.

Leave a Comment